💎 #125 · Les produits féminins sont-ils plus chers que les produits masculins ?

Et aussi : un plan de transformation de l’économie qui ne s’intéresse pas à l’économie, la montée de QAnon en France et Poutine reconnaît que les sanctions économiques affectent l’économie russe

💎 #125 · Les produits féminins sont-ils plus chers que les produits masculins ?
🗓️
Rendez-vous demain jeudi 14 avril 2023 de 20h à 21h (heure de Paris) sur Microsoft Teams pour le premier Café de L’Économiste. Vous pourrez échanger avec Agathe Demarais, économiste à The Economist Intelligence Unit spécialiste des sanctions économiques. Obtenir le lien de connexion →

Chère membre Plus, cher membre Plus,

Vous avez peut-être déjà entendu parler de la « pink tax ». La « pink tax », c’est l’idée qu’à type et qualité de produit équivalents, les produits de grande consommation à destination des femmes seraient systématiquement plus chers que les produits de grande consommation à destination des hommes.

Pour autant, est-ce que la pink tax existe ? Et si elle existe, dans quelle mesure les produits à destination des femmes sont-ils plus coûteux que les produits à destination des hommes ?

Pour répondre à cette question de manière rigoureuse, il est nécessaire de prendre en compte tous les produits de grande consommation — et pas seulement quelques-uns. L’objectif de cette précaution est de se protéger du biais de sélection (on tire une conclusion à partir d’un échantillon qui n’est pas représentatif), et potentiellement du biais de confirmation (on tire une conclusion en ne prenant en compte que les données et arguments qui vont dans le sens de la conclusion que l’on souhaite défendre, en oubliant les autres).

Trois économistes ont publié l’an dernier un working paper dans lequel elles mesurent, sur données américaines, les différences de prix entre les produits de grande consommation à destination des femmes, et les produits de grande consommation à destination des hommes.

Les trois chercheuses trouvent qu’il y a bien des différences de prix entre les produits de grande consommation à destination des femmes, et les produits de grande consommation à destination des hommes. Souvent, cette différence est au désavantage des produits de grande consommation à destination des femmes. Ce qui valide l’existence d’une pink tax, non ?

En réalité, pas vraiment. Les données montrent même qu’au contraire, il n’existe sans doute pas de pink taxaux États-Unis. Comment expliquer cet apparent paradoxe ?